Rechercher

Après 12 ans à monter des projets, voici mes 3 clés indispensables pour entreprendre

Dernière mise à jour : oct. 7

On croit souvent qu’il faut de l’argent et l’idée du siècle pour entreprendre. En vérité, tous les projets sont à votre portée, et vous pouvez y parvenir facilement.

Enfant, j’étais passionné par les Aventures de Picsou et les “hommes d’affaires”.


À 10 ans, j’empruntais à la médiathèque le livre “comment gérer son portefeuille boursier”, sans en comprendre quoi que ce soit. Je cherchais tous les livres pouvant se rapporter à la création d’entreprises.


Je créais des documents sous photoshop et imaginais des projets de toutes sortes, qui n’allaient jamais plus loin que mon nom inscrit sur une carte de visite.


Adolescent, entre deux parties de Counter-Strike, mon meilleur ami me raconte comment son grand-père, à 28 ans, a fait de sa charcuterie de village une entreprise pesant près de 20 millions d’euros de chiffre d’affaires.


J’étais passionné par cette histoire.


Et moi ? J’en suis capable aussi, non ? Comment a-t-il fait, ce jeune homme devenu grand-père ? Quelles étapes a-t-il suivies, quels choix a-t-il fait ?


Alors, j’ai décidé de me lancer dans la création d’entreprises : 1, puis 2, puis 3 échecs.


Puis, un jour, ça fonctionne.


Depuis, j’affûte mes compétences à chaque nouveau projet, chaque nouvelle réussite, et chaque nouvel échec devient un apprentissage. Il y a un effet cliquet appréciable, car on devient jour après jour un peu plus expert.


J’entraîne des gens avec moi, je leur sers même de tremplin et ça me booste :


Le barman avec qui je suis associé depuis 4 ans, qui ne croyait pas vraiment en ses capacités, est désormais à la tête des débits de boissons les plus fréquentés du coin.


Mon ami commercial qui, chaque année, me parlait de son envie d’entreprendre : ensemble, nous avons repris une entreprise, et il m’a même proposé un nouveau projet !


Je l’entraîne d’ailleurs dans une formidable aventure qui ne fait que commencer : on a prévu de devenir franchiseur en 2022 (j’écrirai prochainement toute une série d’articles sur ce sujet pour partager notre expérience au fur et à mesure).


On croit souvent qu’il faut de l’argent et des supers idées pour se lancer, pour entreprendre. Ce n’est pas exactement ça.


J’ai découvert d’autres leviers tout aussi efficaces, qui attireront les ressources, les idées et bien plus, et je voudrais en partager certains dans cet article.



Vous êtes à la fois compositeur et chef d’orchestre


D’abord, il y a la naissance. Puis, la mort.


Entre les 2, c’est votre partition. Vous avez le pouvoir de composer. Usez-en !


Peut-être par peur de me lancer seul, j’ai d’abord aidé un collègue à se lancer : livreur de pizzas depuis 9 ans, son rêve était d’ouvrir sa propre boutique, mais cela restait un rêve.


Je lui ai dit “alors, allons-y, lançons-là !”, sans savoir véritablement par quoi commencer.


C’est là que tout a démarré. C’était en 2010.


Sa pizzeria est toujours en activité, et nous avons même racheté un fonds de commerce ensemble. De son côté, il investit régulièrement dans des entreprises similaires pour aider d’autres personnes à se lancer.


Et si je ne lui avais rien dit ? Où en serait-il aujourd’hui ? Quels choix aurait-il fait ?


Peut-être aurait-il changé de métier, racheté un restaurant, voyagé, ouvert une franchise, … bref, on n’en sait rien !


Le fait est que, dans la vie, il faut savoir saisir les opportunités. Où plutôt les provoquer.


C’est devenu un réflexe chez moi, et vous pouvez facilement l’avoir vous aussi.


Si vous identifiez une opportunité sur votre chemin, alors c’est que vous êtes en capacité de la réaliser : saisissez l’occasion sans vous poser de questions, suivez votre intuition et laissez-vous guider.



Vos peurs sont vos alliées


On a souvent peur. Peur de manquer d’argent,


peur de ne pas avoir les compétences, peur de ne pas être légitime. Peur de ce que les autres vont penser.


Ces peurs, comprenez qu’elles sont utiles : apprenez à les décrypter et à y réagir de la meilleure manière. Elles deviendront vos alliées.


Je me souviens de ma première véritable “affaire immobilière” : une offre sur un immeuble qui frôlait le million d’euros. C’était à moi de faire l’offre et de m’engager.


J’avais une heure pour valider l’affaire sinon elle me passait sous le nez.


J’avais peur. Peur que l’offre soit refusée, peur de ne pas être crédible face au vendeur, qu’un autre acheteur surenchérisse, peur de ne pas pouvoir lever un emprunt par la suite.


Peur du dépôt de garantie qu’on me demanderait sûrement de verser chez le Notaire. Mon associé m’a rassuré : “t’inquiète, ça va le faire”.


Et on l’a fait.


La peur vous signale ce que vous croyez être un mur infranchissable, faîtes-en un tremplin. Ne ralentissez pas quand elle arrive : accélérez, gardez votre cap.


Les peurs que vous contrôlerez aujourd’hui renforceront demain votre confiance en vous.



Vous avez toujours le choix


Le pouvoir du choix a des vertus incroyables. Le choix est toujours la conséquence d’une réaction à une sollicitation.


Entre cette sollicitation, et votre réaction, il y a un intervalle de temps. Un intervalle plus ou moins long, selon le timing que vous voudrez bien lui donner : c’est là que réside votre vrai pouvoir.


Ce pouvoir est important car c’est lui qui va déterminer votre degré d’engagement, dont le corollaire est votre niveau de charge mentale.


Et nous connaissons trop bien les effets d’une charge mentale élevée : stress, détérioration des rapports personnels, perte de lucidité et manque de créativité.


Si quelqu’un vient vous proposer un nouveau projet super excitant, c’est une sollicitation.


Vous pouvez y réagir de plusieurs manières :


dire OUI tout de suite, sous l’effet de l’excitation. Vous avez pris un engagement. Que va-t-il vous “coûter” (en temps, argent, relation, ...) ?


dire NON ? Vous vous dîtes que vous pourriez passer à côté d’une opportunité.


À plusieurs reprises, j’ai accepté de m’embarquer dans des projets très excitants sans trop réfléchir, parfois même pour faire plaisir. Cela m’a coûté en temps, en argent, et en relation.


Qu’est-ce qui doit alors guider notre choix ?


La réponse est finalement simple : ce choix va-t-il vous aider à avancer vers vos objectifs de vie ?


Si je veux rentrer tous les soirs profiter de ma famille, dois-je accepter cette proposition d’investissement dans un bar de nuit branché situé à 1h30 de chez moi ?


On me l’a proposé. J’ai failli dire oui car l’opportunité est incroyable et ne se représentera pas de sitôt. Mais ce serait dévier de la route que je trace vers les objectifs qui me rendent heureux.



Posez la première note, le reste suivra


Dans une partition, les notes se succèdent avec harmonie. Le compositeur a pris des risques en les alignant dans un certain ordre, en définissant un tempo. Il a fait des choix.


Le grand-père de mon ami, charcutier du village, a lui aussi réalisé des choix successifs qui l’ont amené à créer son usine et distribuer ses produits sur toute la France.


Vous pouvez aussi y parvenir, simplement et dès à présent. Ouvrez l'œil : les opportunités qui vous intéressent sont partout; provoquez-les quand elles sont à proximité.


Définissez ce qui vous rend heureux, ce qui vous épanouit.


Imaginez le chemin qui mène à cela, et posez-vous la question pratique suivante : quelle est la prochaine action simple et physique qui me fera avancer sur ce chemin ?


Et allez-y. Agissez. Aussi petite soit l’action en question (envoyer un mail, passer un coup de fil, accepter/refuser un projet, …), puis continuez.


Le titre du premier tome des Mémoires de Jacques Chirac résume bien cette philosophie : “Chaque pas doit être un but”.


Alors, quel est votre prochain pas ? Moteur… Action !



271 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout